Fundación Casa Ducal de Medinaceli

No disponible

El Cardenal Tavera

Des cinq toiles du Crétois, probablement commandées par son ami le recteur don Pedro Salazar de Mendoza ou faisant partie des biens confisqués à Jorge Manuel Theotocópuli par l'hôspital de San Juan Bautista en raison du procès engagé sur les travaux des retables, le portrait du fondateur de cette institution est particulièrement remarquable. La représentation de l'archevêque de Tolède et cardinal du titre de Saint-Jean-Porte-Latine, gouverneur du royaume de Castille en l'absence de l'empereur Charles Quint, président du Conseil de Castille et inquisiteur général, le Cardinal Juan Pardo de Tavera (1472-1545), est signée de façon originale, mais avec des caractères grecs minuscules qui ont disparu de son angle inférieur droit, en raison d'une détérioration partielle de la toile.

Venant de la chapelle [] hospitalière, aux murs de laquelle il était accroché, il fut probablement peint à partir non seulement du masque funéraire que l'on conserve dans la Salle des Archives [] mais aussi de la physionomie du portrait attribué à Alonso Berruguete à partir des affirmations de Salazar de Mendoza. À sa mort en 1629 celui-ci possédait dans les appartements rectoraux au sein de l'hôpital lui-même un portrait du Cardinal "dans la partie supérieure de la maison", exposé parmi d'autres portraits, images de dévotion et cartes géographiques. Cependant l'image gravée par Pedro Ángel et publiée dans son ouvrage historico-biographique intitulé Chronique du Cardinal don Ioan de Tavera [] (Tolède, 1603), paraît davantage rattachée au portrait de Berruguete, alors habillé en cardinal, qu'à l'œuvre plus moderne du Crétois, que la critique a toujours datée tardivement, après 1608, en fonction de la chronologie de la commande des retables.

Si dans ce tableau don Juan apparaissait coiffé d'un chapeau pourpre, vêtu d'un rochet blanc et plongé dans la lecture d'un bréviaire qu'il appuyait sur le chapeau cardinalice, la figure du Greco —malgré son air émacié— nous contemple assis derrière une table où sont posés sa main gauche, un bonnet et un épais livre relié [] au titre illisible. Il est vu à mi-corps et revêtu de l'habit de cardinal. À travers ces procédés de composition, à travers la couleur et la vivacité de la touche, le Candiote obtient une image d'une grande immédiateté et présence physique et psychologique. Malgré l'écho de portraits comme celui de Paul III et ses neveux Alexandre et Octave Farnèse (1546) du Titien (du Musée de Capodimonte de Naples) [], la composition se rapproche plutôt de la typologie des images de Saint Jérôme dans son étude [] que le Candiote fréquenta si souvent.

Fernando Marías